Tout le matériel médical au meilleur prix !
Materiel Médical Robé médical Matériel medical Discount
Entreprise fondée en 1887. Oscar du Matériel Médical 2010
Irrigation auriculaire
    Espace client


    Mot de passe oublié ?
    Changer le mot de passe ?

    Créer un compte

    Matériel Médical Infos
    Abonnez vous à la newsletter d'informations de Robé medical
        

    L'écho du tensiomètre
    edito
    Pour un matériel médical de qualité à un prix accessible !
     
    Parce que le matériel médical concerne notre santé, nous souhaitons vous proposer le meilleur de la qualité au prix le plus abordable,

    Partenaire au quotidien des professions de santé, n'hesitez pas à nous faire part de vos remarques...

    Nous sommes plus que jamais convaincus de l'interêt de vous permettre d'économiser sur vos achats médicaux !

    Très bonne visite sur le site.

    Et avec tous nos meilleurs Voeux pour 2017

    Antoine CHONION-ROBE

    Président

    Lire la suite




    Ils nous font confiance
    Extrait des principales marques de matériel médical que nous proposons
    Robé médical
    Robé médical
    Littmann
    Fahrenheit
    Omron
    Tena
    Anios
    Biomedicare
    Spengler
    Abena
    Stethostop
    3m
    Heine
    Lemi
    Viewtronic
    Swann Morton
    Biosanitizer
    welch_allyn

    notre sélection en irrigation auriculaire

    Pourquoi et comment utiliser un tensiomètre ?

    La pression artérielle a tendance à augmenter avec l'âge il faut donc la surveiller régulièrement. On la mesure avec un tensiomètre. Trop élevée de manière régulière l’hypertension artérielle présente un risque pour la santé...(lire la suite)....

    Références et désignations Quantités À partir de 
    Poires ORL

    Poires ORL

    Effilées, en polyéthylène souple et confortable.


    2.38 € 
     
    Réf : POIROR25 Voir la fiche produit

    Poire enema

    Poire enema

    Pour lavement ORL, avec canule .


    5.99 € 
     
    Réf : POIREN Voir la fiche produit

    Poire politzer

    Poire politzer

    Pour insufflation nasale ou auriculaire


    17.96 € 
     
    Réf : POIRPO Voir la fiche produit

    Embouts usage unique pour irrigateur auriculaire Propulse III

    Embouts usage unique pour irrigateur auriculaire Propulse III

    Pour l'irrigation du conduit auriculaire par jet d'eau pulsé


    77.20 € 
     
    Réf : PROA3 Voir la fiche produit

    Irrigateur auriculaire electronique Propulse G5

    Irrigateur auriculaire électronique Propulse G5

    Pour la dissolution rapide et sans risque de bouchons de cerumen


    298.80 € 
     
    Réf : PROP3 Voir la fiche produit

    Nettoyeur d'oreilles Ear Wash System

    Nettoyeur d'oreilles Ear Wash System

    Pour irriguer le conduit auditif, sans écoulements salissants.


    399.00 € 
     
    Réf : EAR350 Voir la fiche produit

     

    L'hypertension artérielle est une pression beaucoup trop importante du sang exercée contre la paroi artérielle. Cette tension s’élève normalement quand une personne fournit un un effort physique, ou en cas d'anxiété ou de stress. Mais chez les personnes qui sont atteintes d’hypertension la tension reste élevée même quand elles sont au repos et détendues.


    Quels sont les symptômes ?

    Quand une personne souffre d’hypertension artérielle ces artères sont fragilisées puisque le sang exerce une pression sur la paroi. Ce qui augmente le risque (3 fois plus) que l’artère se bouche ou se bloque provoquant un accident vasculaire cérébral un infarctus du myocarde ou une athérosclérose. Quand la pression est plus forte elle impose un travail supplémentaire au cœur et peut provoquer une insuffisance cardiaque. Il y a également des risques d’insuffisance rénale ou de lésions de la rétine.
    Comme l'hypertension artérielle ne s’accompagne d’aucun symptôme évident beaucoup de personnes hypertendues ignorent leur état. On la surnomme le « tueur silencieux ».
    Des Maux de tête un déséquilibre debout ou en marchant des pertes de mémoire de la fatigabilité nervosité ou insomnie régulières des troubles oculaires ou des saignements de nez peuvent être les symptômes d’une hypertension artérielle. En cas de très forte poussée d’hypertension la personne peut être prise de confusion mentale et de convulsions. Les symptômes cardiaques et rénaux permettent rarement de détecter l’hypertension.


    Qui est touché par l’hypertension ?


    L’hypertension artérielle serait la maladie aujourd'hui la plus courante en France et dans le monde. Selon le comité de lutte contre l’hypertension en France 15 millions de personnes souffriraient d’hypertension mais 4 millions d’entre elles ne seraient pas encore diagnostiquées. Selon l’OMS, hypertension artérielle toucherait 30 % des hommes et 50 % des femmes entre 65 ans et 75 ans. Sa fréquence augmente avec l’âge (40 % des personnes sont touchées à 65 ans et 90 % à 85 ans) mais de nos jours on observe que des populations de plus en plus jeunes sont également touchées.
    Selon l’organisme Hypertension Canada plus de 9 Canadiens sur 10 souffriront d’hypertension s’ils concervent un mode de vie identique. Si on ne s’attaque pas sérieusement au problème le nombre d’hypertendus dans le monde pourrait atteindre 1 56 milliard d’individus en 2025 ce qui représente une augmentation de 60 %. Une évolution préoccupante.
    L’hypertension primaire ou secondaire ?
    L’hypertension artérielle peut être causée par l’âge l’hérédité ou les habitudes de vie. Certaines ethnies présenteraient plus de risques. Les personnes afro-antillaises et les personnes originaires du sud de l’Asie en particuliers.
    L’obésité la sédentarité le tabac l’abus d’alcool et le stress peuvent causer une hypertension artérielle. L’hypertension primaire apparaît le plus souvent à partir de 50 ans.
    Une forte consommation de sel ou de réglisse aggrave les risques d’hypertension artérielle. Selon une enquête menée par Statistique Canada plus de 85 % des hommes et 60 % des femmes consomment trop de sel ou de sodium. La limite supérieure est de 2 300mg par jour. Ils sont donc plus exposés.


    L'hypertension secondaire


    Chez 10% des patients l’hypertension artérielle est liée à un autre problème de santé comme un dysfonctionnement rénal endocrinien ou une anomalie congénitale de l’aorte. Elle peut aussi être la conséquence de la prise régulière de certains médicaments, tel que les analgésiques, les bronchodilatateurs, les anti-inflammatoires ou encore les décongestionnant nasaux qui contiennent de ephedrine . Certaines substances dopantes provoquent également un accroissement de la tension comme la cocaïne et les amphétamines. L’hypertension secondaire apparaît plus subitement et la tension artérielle est souvent beaucoup plus élevée.


    Comment mesurer la tension ?


    La tension artérielle se compose des pressions systolique et diastolique. La pression systolique mesure la pression sanguine du cœur lors de la contraction pour envoyer le sang partout dans le corps. La pression diastolique est la pression qui s’exerce encore sur les artères quand le cœur se détend. Elle est mesurée en millimètres de mercure ou mmHg.
    Lorsque l’on parle d’une tension de 120/80 120 correspond à la pression systolique (en contraction) et 80 à la pression diastolique (au repos).

    L’automesure à domicile


    Il est courant que le simple fait d’entrer dans le cabinet de son médecin provoque l’élévation de la tension du patient. C’est ce qu’on appelle le « syndrome de la blouse blanche ». Pour éviter ce stress le médecin peut demander au patient de mesurer lui-même sa pression artérielle à son domicile avec un tensiomètre. Le médecin peut aussi prescrire au patient un moniteur ambulatoire de pression artérielle (MAPA).


    Le MAPA


    C’est un appareil qui mis en place sur le bras du patient enregistre la mesure de la tension artérielle lorsque la personne est en activité sur une période de 24 heures. Le patient indique ses horaire de coucher et de lever, de prise de médicaments et le cas échéant les symptômes. L’appareil enregistre une mesure de la tension artérielle toutes les 15 minutes le jour et toutes les 30 minutes pendant le sommeil.
    http://www.robe-materiel-medical.com/materiel-medical-Holter+tensionnel+professionnel+ambulatoire+-+MAPA+avec+detection+de+fibrillation+atriale.-HOLT03.html


    Comment choisir et bien utiliser un tensiomètre chez soi ?


    Achetez un modèle homologué répondant aux normes CE ou agréé par un organisme certifié comme l’ANSM.
    Les appareils de mesure qui prennent la tension au bout des doigts peuvent dépanner mais ils manquent de précision.


    Quelle surveillance pour les tensiomètres ?


    L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) surveille la mise sur le marché d'appareils de mesure de la tension artérielle destinés aux particuliers. 174 modèles avec prise de la tension au poignet et 167 modèles avec brassard ont été enregistrés depuis 2001.Depuis 2010 cette surveillance est effectué au niveau de l'Europe.La fiabilité des systèmes est contrôlée et régis par des normes.

    Mettre à votre disposition tout le matériel médical de diagnostic dans un soucis de performance et de qualité, tel est l’ objectif de nos équipes au quotidien.
    Afin de faire le point sur vos questions les plus fréquentes, nous vous invitons à prendre connaissance de cette courte synthèse sur le diagnostic médical.

    Dans cette article  vous  découvrirez les réponses aux sujets suivants :

    Quel est l’origine de l’examen clinique ?

    Il fut initié par Hippocrate, qui prônait l'examen clinique en observant le malade afin d'établir un diagnostic. Au fil du temps différents instruments ont été inventé afin d'améliorer l'examen clinique du patient.

    Principaux instruments utiles au médecin lors de l'examen clinique
    Pour faciliter son examen, le médecin dispose de différents instruments médicaux. Les plus courants sont les suivants: le stéthoscope permet d'ausculter le cœur ou les poumons, le tensiomètre permet la mesure de la pression artérielle, l'otoscope est utile pour l'examen du conduit auditif externe et du tympan, le marteau à réflexe permet de tester les réflexes tendineux.

    Quelle méthodologie utiliser pour établir un diagnostic médical ?

    Le mot diagnostic vient du grec "diagnosis", de dia qui signifie "à travers" et de gnosis qui veut dire "connaissance". Il existe différentes sortes de diagnostics médicaux : anténatal ou prénatal, anatomique, biologique, clinique, cytologique, différenciel, étiologique, sérologique, préimplantatoire.
    Le diagnostic médical est établi par un médecin. Celui-ci s'effectue en plusieurs étapes importantes: tout d'abord le questionnement médical et ensuite l'examen clinique. L'infirmier peut aussi apporter une aide précieuse au médecin dans le diagnostic. D'après l'article R4127-33 du code de la santé publique "le médecin doit toujours élaborer son diagnostic avec le plus grand soin, en y consacrant le temps nécessaire, en s'aidant dans toute la mesure du possible des méthodes scientifiques les mieux adaptées et, s'il y a lieu, de concours appropriés."

    Le questionnement médical

    Lors de l'interrogatoire médical, le professionnel de santé cherche des informations qui l'aideront dans l'interprétation de l'examen clinique. Il est important qu'il établisse une relation de confiance avec le patient afin que celui-ci soit à l'aise lors de ce questionnement. De plus, le médecin doit laisser le patient s'exprimer et bien écouter son récit car chaque information peut être importante.
    Le questionnement médical est structuré selon un schéma-type qui évite d'omettre d'aborder certains points avec le patient : état civil, motif principal de consultation, chronologie du symptôme, antécédents (familiaux, physiologiques, pathologiques...), conditions sociales et économiques du patient, mode de vie, profession actuelle et professions antérieures le cas échéant.

    L'examen clinique

    Le professionnel de santé observe tout d'abord l'état général du patient. Ensuite, il procède à un examen de différents points précis en commençant par celui le plus en lien avec la pathologie suspectée. Ces points sont les suivants : examen digestif, spléno-ganglionnaire, locomoteur, cardiovasculaire, respiratoire, uro-génital, neurologique, gynécologique, cutané.

    Diagnostic médical ou diagnostic infirmier ?

    Le diagnostic médical est posé uniquement par un médecin; il s'agit de diagnostiquer une maladie afin de mettre en place un traitement adapté. Le diagnostic infirmier consiste quant à lui, à évaluer les soins que l'infirmier va dispenser au patient dans le cadre de sa maladie. Il est effectué directement par l'infirmier. En effet d'après l'article R4311-5 du code de la santé publique "dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier ou l'infirmière accomplit les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage."

    Google, la nouvelle encyclopédie médicale?

    Google a développé un moteur de recherche médical à destination autant du public que des professionnels de la santé. Ce moteur de recherche est disponible à l'adresse internet : http://www.moteur-de-recherche-medical.org
    Cet outil s'avère performant pour trouver des informations utiles sur des maladies courantes. Néanmoins, son application est limitée pour ce qui est des maladies plus rares.
    Le moteur de recherche Google médical est entièrement gratuit. Attention cependant à ne pas devenir hypocondriaque et à ne pas oublier que l'avis médical d'un médecin reste primordial pour la pose du diagnostic médical.

    Le quantified self nouvelle tendance des patients ?

    Grâce aux progrès technologiques, de plus en plus d'appareils de mesure médicale sont mis à la disposition des particuliers. Cette évolution est renforcée par la simplicité d’interprétation de ces outils de diagnostic et par l’apparition des objets de santé connectés . Du coté des patients on note en effet un volonté de prise en main croissante de  leur paramètres de santé, cette tendance de fond ayant pris naissance sous le nom de quantified self ou personal anaytics ( en Français mesure de soi).  Ce mouvement dont l’origine remonte aux USA dans les années 2000 est en plein essor avec  la santé connectée.

    Un gamme toujours plus large d’outil pour l’autodiagnostic

    A coté des appareils de mesure anciens, comme les thermomètres et les pèse personnes, l’utilisation par le patient ne fait désormais plus débat pour les tensiomètres  et les glucomètres .  La généralisation de l’automesure pour les oxymètres  reste plus récente, mais c’est surtout avec le développement des objets connectés que les patient disposent d’un nombre  presque illimité de moyen de détection et d’analyse :    trackers d’activité,  cardiofréquencemètres, enregistreurs de la qualité du sommeil, mini ECG, balances et impédancemètres connectés, ainsi qu’un nombre croissant d’outils d’analyses croisées.
    Ces outils peuvent néanmoins  poser des problèmes d’interprétation et devront être utilisés en liaison avec un professionnel de santé.  La question de la confidentialité doit être également posée en cas de donnée médicales partagées sur le net.

    Les nouveaux outils portables de l ‘analyse biomédicale

    Plus destinés aux professions de santé ces outils portables permettent de multiplier des analyses rapides sur le terrain  pour un nombre croissant de paramètres biomédicaux.  C’est la cas notamment des  analyseurs de  cholestérol et de  lipides portables, des hémoglobinomètres,  ou encore des appareils de mesure  INR/ TP permettant de quantifier  l'INR (International Normalized Ratio ). La pris en charge de ces nouveaux dispositifs est en cours auprès des autorités de santé. 

    Si  le diagnostic a évolué avec le développement de l’autodiagnostic , les progrès ont été tout aussi sensibles pour les médecins généralistes , les spécialistes et les unités de soins décentralisées, avec la mise à disposition de technologies de plus en plus performantes et accessibles. Ainsi en est-il de
     de la généralisation de l’utilisation de l’échographie, de l’oxymètrie, du monitorage ECG et MAPA, ou encore des dopplers obstétricaux.

    Robe matériel médical,  pansement, seringue, tensiometre, oxymetre, diagnostic et mobilier medical à prix discount
    Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, d'un droit d'accès, de rectification,
    de modification et de suppression concernant les données qui vous concernent. Contacter nous à l'adresse : contact@robe-materiel-medical.com
    site internet Robé matériel médical Déclaration CNIL recipissé 773034 du 23 octobre 2001

    Conformément aux articles L 5213-3 et à l’arrêté du 21 décembre 2012 fixant la liste des dispositifs médicaux font l’objet d’une publicité
    auprès du public, et à l'articles R 5213-1 tous les dispositifs médicaux présents sur ce site peuvent faire l'objet d'une publicité destinée au public.

    Robe medical SAS au capital de 189 000 € - Siren 775 717 812 - RCS Epinal B 775 717 812 - N° TVA intracommunautaire FR 64 775 717 812 - APE 3250A - Entreprise fondée en 1887.



    validation "Valid XHTML 1.0 Transitional" CSS Valide Valid Robots.txt

    14